À quoi sert la 5G ?

Lundi, 18 Janvier, 2021

Alors que les opérateurs téléphoniques proposent les premiers forfaits 5G, Philippe Owezarski, directeur de recherche au sein de l'équipe SARA explique, lors d'une interview donnée au CNRS Le Journal, les enjeux du déploiement de ce nouveau standard de télécommunication qui suscite encore interrogations et résistances.

Philippe Owezarski, vous êtes directeur du département Réseaux, informatique et systèmes de confiance du Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes du CNRS. Pouvez-vous nous expliquer ce qui motive le passage à la 5G ?

Philippe Owezarski. Les besoins croissants en bande passante disponible sur les réseaux cellulaires, et donc en débit, sont la première raison du changement de génération entre la 4G et la 5G. Les utilisateurs, de plus en plus accros au streaming sur appareils mobiles, veulent pouvoir regarder des vidéos en 4K (environ 4 000 pixels de large, soit 8 millions de points – ou pixels – par image, Ndlr) sur leur smartphone, même si l’intérêt est discutable vu la taille de l’écran. Cette demande pressante et la saturation de la 4G alimentent cependant le développement de services nouveaux, notamment à destination des professionnels.

Quels sont les principaux changements ?

Ph. O. À mon sens, la 5G apporte deux choses qui manquaient à la 4G : des classes de service différenciées et la softwarization.

[...] lire la suite de l'interview sur le site du CNRS Le Journal