MORE prépare l'avenir des satellites de télécommunications

Lundi, 12 Mars, 2018

MORE, Measuring Optoelectronics in a Rocket Experiment, premier démonstrateur du Centre spatial universitaire de Toulouse (CSU-T), a été lancé en Suède le 12 mars par la fusée sonde Rexus 24. Ce projet, mené par des étudiants d’ISAE-Supaéro et de l’Université Toulouse III-Paul Sabatier, a été réalisé avec le soutien du LAAS-CNRS.

Depuis sa création, le laboratoire s'est toujours impliqué dans le domaine du spatial et nombre de ses équipes contribuent aux recherches en télécommunications spatiales, ordonnancement des tâches, sûreté de fonctionnement, miniaturisation et fiabilité des composants... Ces recherches sont fédérées au sein de l'axe Espace  l'un des 4 axes stratégiques transverses qui structurent l'activité scientifique du laboratoire.

Ainsi, dans le cadre du projet MORE, des scientifiques des équipes ESE et MOST ont encadré les étudiants tout au long du développement du projet. Les ateliers mécanique et électronique du laboratoire ont contribué à l’élaboration des matériels, et l'intégration et les tests des composants optiques ont été réalisés sur notre plateforme de caractérisation opto-microondes.

Cette expérience fournira des données précieuses sur le comportement de composants opto-électroniques en vol, tels que laser, photodiode, commutateur optique, fibre optiques, coupleurs optiques... Ces composants seront sélectionnés pour la conception du nanosatellite NIMPH, également développé dans le cadre du CSU-T, et qui devrait contribuer à valider de nouvelles architectures pour les futurs satellites de communication.

En savoir plus sur More : lire le communiqué sur le site le l'Université Toulouse III Paul Sabatier

© Roberto Putzu, HES (Suisse)