L'équipe Gepetto fait bouger les arbres à la Biennale de Venise

Vendredi, 17 Avril, 2015

Des arbres évoluant au milieu du public, au rythme de leur physiologie et des conditions météorologiques : c’est l’étonnant projet auquel ont participé des chercheurs, dont 3 roboticiens du LAAS-CNRS, dans le cadre de « Rêvolutions », une installation de l’artiste Céleste Boursier-Mougenot. Celle-ci a été choisie pour représenter la France à la Biennale d’art contemporain de Venise 2015 qui ouvrira ses portes le 9 mai prochain.
 
Les chercheurs ont travaillé à la mise au point d’un dispositif permettant de connaître la vitesse de montée de sève et d’un système robotique nouveau transmettant cette information à des plateformes mobiles contrôlées par ordinateur. Ce projet, dont l’objectif est de doter des arbres d’une autonomie de mouvement fondée sur leur propre « perception » de l’environnement, résulte d’un dialogue fertile entre art, science et technologie et propose une représentation originale et poétique sur le vivant et le mouvement.
 
La mise en mouvement des arbres a été réalisée avec le soutien de deux roboticiens - Jean-Paul Laumond et Michel Taïx - et d’un doctorant - Guilhem Saurel - de l'équipe Gepetto du LAAS-CNRS, dans le cadre d’une convention avec l’Institut Français. Pour quantifier la physiologie des arbres, l’artiste a collaboré avec Jérôme Chave du laboratoire Evolution et diversité biologique (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) et Valérie Le Dantec du Centre d'études spatiales de la biosphère (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/IRD/CNES).

Lire le communiqué

De gauche à droite : Céleste Boursier-Mougenot, Jean-Paul Laumond (Directeur de Recherche, LAAS-CNRS) et Guilhem Saurel (Doctorant au LAAS-CNRS) dans les préparatifs de la Biennale de Venise 2015, devant le pavillon français. On distingue à gauche un des trois arbres qui seront amenés à déambuler parmi le public au gré de leur métabolisme et des conditions atmosphériques. ©LAAS-CNRS