{menu secondaire }

Actualités

Le lycée Fermat, lauréat des Olympiades de sciences de l'ingénieur

11 juin 2012

12FermatOlympiadesSI_0574_WebVignette.jpg

Le LAAS a apporté sa contribution aux quatre lycéens de terminale S du lycée Pierre de Fermat qui viennent de gagner la 3e édition de ces olympiades nationales pour leur projet innovant "A2S Autospot". Il s'agit d'un système de détection et de suivi d’émetteurs d’ondes ultrasons pour projecteurs de lumière en salles de spectacle.

Depuis trois ans, les Olympiades de SI (sciences de l'ingénieur) permettent à des centaines d’équipes de lycéens de s’affronter lors d’un concours régional, donnant accès à une épreuve finale de niveau national. Il s’agit pour ces élèves de première et terminale S et STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable) de mettre au point, guidés par leurs professeurs, un projet innovant et d’en faire la présentation devant un jury composé d’un chercheur, un industriel, un inspecteur de l’académie ainsi que d’un enseignant.

L’équipe du lycée Fermat, composé de 3 garçons et une fille dans des disciplines où les filles sont peu présentes (moins de 15 %), a notamment tenu à remercier Elena Bedel, et la petite équipe du LAAS-CNRS engagée à ses côtés, pour leurs précieux conseils, en particulier concernant leur présentation finale. A noter aussi le soutient de la société Snootlab, qui développe des produits électroniques pour Arduino* dans une démarche open source.

Des pistes potentielles pour que cette aide ponctuelle une initiative de long terme et ouverte à d’autres lycées locaux ont même été évoquées par les parties prenantes lors de la réunion de présentation organisée par le Lycée Fermat le 8 juin dernier.

En savoir +

François Weiss, Elena Bedel-Pereira (chercheuse au LAAS-CNRS), Guillaume Damin, Paul Boniol, Marine Martin, Bruno Lecouat, Joël Boulouch (enseignant SI) et Bernard Onno (enseignant SI) 


*Arduino: prototype électronique au service des Fab Lab, laboratoires de fabrication accessibles à des usagers non-spécialistes, où informaticiens, designers ou artistes peuvent développer de nouveaux prototypes, objets intéractifs, tout comme livres ou meubles. La notion de "logiciel libre" s'étend ainsi aux «matériels libres».